Les Vignerons de Buzet

apprenons 2

Les coordonnées

Les Vignerons de Buzet

Av des côtes de Buzet

BP 17 –

47160 Buzet-sur-Baïse

Tél : +33 (0)5 53 84 74 30

Fax : +33 (0)5 53 84 74 24

buzet@vignerons-buzet.fr

Site internet

logo_buzet_rougenoir_RVB

Présentation

La cave des Vignerons de Buzet est née de la volonté de quelques viticulteurs de replacer l’appellation Buzet sur la carte des vins de France après sa quasi disparition, suite aux ravages du phylloxera au 19e siècle. Ce fut une réussite : en 1953, à sa création, le vignoble était classé en VDQS pour passer en AOC en 1973 ! Il y eut bien, au tournant du millénaire, quelques millésimes difficiles mais la qualité est de nouveau présente.  Aujourd’hui, les vignes couvrent près de 2 000 hectares entre la Garonne et la forêt des Landes, produisant 13 millions de bouteilles, dont 70% de vins rouges. L’encépagement est dominé par les deux cabernets, le merlot, le malbec, le sauvignon et le sémillon.

Les Vignerons de Buzet, c’est l’union de viticulteurs et de salariés qui ont décidé de forger ensemble leur propre destin et de donner une identité forte au terroir et à son vin. En 1953, des hommes et des femmes ont ainsi choisi de s’unir et de créer une coopérative. L’entreprise Les Vignerons de Buzet était née. Depuis, les Vins de Buzet ont parcouru un long chemin, dont l’obtention de l’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) en 1973.

Aujourd’hui, les Vignerons de Buzet représentent une cave majeure du sud ouest de la France, et proposent des vins d’appellation Buzet rouges, rosés et blancs dans toute la France, et jusqu’au 4 coins du monde.

L’eau, l’air, la terre, les ressources naturelles…sont des biens communs, ils appartiennent à tous, et notamment aux générations futures.

Les choix d’une coopérative, comme ceux de toute exploitation agricole, ne sont pas anodins. Ils contribuent à améliorer ou à détériorer ce patrimoine commun. Le temps d’une agriculture intensive, insouciante de ses effets sur la santé des hommes et sur l’environnement, est révolu. L’heure est au changement, à l’engagement. Convaincus de la pertinence d’un autre modèle de développement, nous poursuivons notre engagement dans la voie d’une production pérenne, respectueuse de la nature, de nos vignerons et de nos clients. Cette autre voie est celle d’une viticulture durable, conciliant les derniers progrès technologiques et le meilleur des pratiques naturelles. Vous pourrez découvrir les actions concrètes que nous avons déjà mises en place dans notre rapport développement durable ainsi que dans notre rubrique « NOS METIERS ». Et comme l’engagement est une démarche de chaque jour, nous vous informerons régulièrement de nos avancées ou de nos nouveaux projets dans la rubrique Actualités.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTE. A CONSOMMER AVEC MODERATION.


PROMENADES ESTIVALES ENTRE LES RANGS DE VIGNE

 
Photo DR

«Pourtant, que la montagne est belle», chanta jadis Jean Ferrat. On pourra désormais aussi dire, «en Lot-et-Garonne, que la vigne est belle», à l’issue des balades organisées cet été par les Vigneronsde Buzet.

La cave propose en effet deux promenades entre les ceps, pour découvrir le savoir-faire des vignerons, et mieux appréhender les efforts entrepris dans le domaine de la biodiversité.

Les promenades sont guidées, et ouvertes à des groupes composés au maximum de 20 personnes. Elles se déroulent tous les mercredis des mois de juillet et août. La première (de 10 heures à 12 h 30) a pour thème «Tout en douceur au cœur de la biodiversité» et a pour guide Julien Prohon. Il expliquera comment et pourquoi la protection de l’environnement est devenue une démarche clé pour Buzet. Pourquoi a-t-on réhabilité ici la chouette Athéna ? Pourquoi laisser tant d’herbe entre les rangs de vignes ?

Seconde balade, toujours les mercredis mais de 18 heures à 20 h 30, et destination «au cœur du terroir». Un géographe (Georges Lot) et deux spécialistes de la vigne (Elodie Cambos et Stéphane Camaroque) feront découvrir un terroir, sa richesse, son identité, son climat, etc. A l’issue de ces deux rendez-vous, une petite dégustation est programmée. Pour rappel, les Vignerons organisent demain, de 14 heures à minuit, le grand rendez-vous Fest’à Buzet : musique, balades, feu d’artifice, etc.

Renseignements au 05 53 84 74 30


Retrouvez toutes les actualités des Vignerons de Buzet !

Au programme : une rétrospective des 10 dernières années d’évolution de la coopérative des Vignerons de Buzet, vos rendez-vous, les nouveautés  à  ne pas rater et un retour en image de ces derniers mois.

 Revue de presse

LES VIGNERONS DE BUZET AFFICHENT UNE SANTÉ INSOLENTE
 
Le sous-préfet de Nérac et de nombreux adhérents avaient fait le déplacement./ Photo DR

Le chiffre d’affaires a encore grimpé cette année, de plus de 5 %. 2016 sera marquée par une hausse de la production et par la mise en vente d’un rosé haut de gamme.

L’assemblée générale des Vignerons de Buzet (qui comptent 188 adhérents) s’est déroulée jeudi matin, à Vianne.

Le bilan de l’exercice septembre2014/août2015 a été présenté aux vignerons présents, et force est de constater – une fois de plus – que Buzet ne connaît pas la crise. La cave affiche même une santé insolente, avec un chiffre d’affaires (29,5millions d’euros) en progression de 5,3% comparée à l’exercice 2013-2014. Le résultat, c’est-à-dire la part qui revient aux adhérents en guise de rémunération, passe ainsi de 2,7 à 3,6millions. Belle récolte… «On ne va sûrement pas s’endormir sur nos lauriers, explique Vincent Leyre (président du conseil de surveillance). Le cap des 30 millions d’euros est à notre portée, mais notre objectif prioritaire pour 2015-2016, c’est l’augmentation du volume de production. Cette année nous avons produit 97 650 hectolitres, ce qui était insuffisant au regard de la demande. Ça ne couvre pas les ventes, et nous avons donc puisé dans notre stock. Nous devons donc nous organiser pour que la production soit en rapport avec les ventes, et monter à 110 000 litres. Attention : on ne va pas ouvrir le robinet et créer un torrent de raisin. Le cahier des charges reste le même, et nous ne lâcherons rien sur la qualité.»

Lifting pour le Baron-d’Ardeuil

Comment faire plus ? La question a évidemment été abordée lors de cette assemblée générale, et passera par une meilleure maîtrise technique, avec à la clé de la vieille vigne arrachée et de la nouvelle replantée. L’idée d’augmenter en surfaces de production fait également son chemin, avec une montée en puissance foncière certes limitée (le terroir n’est pas élastique) mais progressive.

Et comme chaque année, Buzet sort ses nouvelles idées. Car ça phosphore toujours autant chez les Vignerons. Ainsi, la gamme des vins sans sulfite (rouge et rosé) sera agrémentée d’un blanc. Côté rosé, on découvrira un vin résolument positionné haut de gamme et nommé «Rozet by Buzet». «Le rosé pèse aujourd’hui 30 % de notre production, ajoute Vincent Leyre. Nous devions être présents sur le haut de gamme, sachant que peu de vins du Sud-Ouest occupent ce segment.» Ce vin sera distribué dans le réseau traditionnel (restaurants, cavistes), c’est-à-dire hors des grandes surfaces. Enfin, Buzet va donner un petit coup de fouet à l’un de ses produits phares, le rouge Baron-d’Ardeuil. Rien ne change dans la bouteille, puisque le lifting est marketing, et touche aux étiquettes. Plus chic, plus noble, plus moderne… Gare toutefois à ne pas déstabiliser les consommateurs. Enfin, les Vignerons de Buzet restent plus que jamais attachés à «une viticulture respectueuse des hommes et de la nature», et poursuivent leur travail dans le domaine du développement durable. Un investissement sera réalisé dans le domaine du traitement des eaux sales. Jusqu’alors épandues dans des champs, elles seront retraitées par phyto-épuration. Des bassins contigus à la cave seront creusés, et peuplés de plantes non invasives qui se nourriront de cette eau.

 Laurent Mopsus, des Lilas aux vignes de Buzet…
Laurent Mopsus,maillot foncé, donne les consignes aux salariés avant le début de la séance ./Photo DDM - Ch.C.
Laurent Mopsus,maillot foncé, donne les consignes aux salariés avant le début de la séance ./Photo DDM – Ch.C.
Il est à peine treize heures, mardi dernier, à la cave des Vignerons de Buzet. Les tracteurs et les bennes ont achevé leur rotation pour déverser la vendange matinale. Un autre bal se met en place. Vêtus de short ou de survêtement, des employés traversent l’immense parking pour rejoindre une salle du premier étage. Ils sont de la nouvelle aventure de la cave. Sportive, celle-là ! En effet, la structure a décidé de se lancer un défi de taille en proposant à ses 99 licenciés des séances de sports. «Pour l’heure, ils sont 36 à avoir décidé de franchir le cap soit un tiers des effectifs», souligne Marianne Riboulet, responsable de la communication. Dans cette salle aménagée avec une dizaine d’appareils de musculation, de vélos ou de tapis de course, Laurent Mopsus, le coach sportif engagé par la cave, attend «ses» élèves pas comme les autres. «Le projet remonte à plusieurs mois. Le directeur s’en était ouvert à moi et il avait à cœur de monter quelque chose pour le bien-être de ses salariés», souligne le coach. Ainsi, celui qui a été à la tête notamment de l’équipe de basket-ball de l’Elan Béarnais a été consulté pour la réalisation de cette salle.
Entretien individualisé pour le programme

Avec sa solide expérience, Le Lot-et-Garonnais répond, avec la même détermination, à ce nouveau challenge que lorsqu’il était sur les bancs. «C’est la première entreprise à avoir cette démarche. Ensuite, si les séances sont collectives, les programmes sont adaptés selon des projets individuels», précise-t-il. Bien avant le premier cours donné cette semaine, le coach a rencontré «individuellement» chaque salarié inscrit dans cette démarche. Ainsi, il a pu établir des programmes en fonction des souhaits de chacun composant ce public hétérogène. Plus poussés pour certains déjà habitués au sport, axés sur des exercices thématiques pour «redonner» le goût du sport à ceux qui y reviennent.

«Les séances sont différentes en fonction des âges et des souhaits de chacun», lâche Laurent entre deux exercices. Inter : Quatre séances dirigées par semaine

A raison de quatre séances par semaine, il propose des rotations dynamiques aux salariés de la cave (qui ont aussi des douches à disposition avant de retrouver leur bureau). Le coach n’hésite pas à donner des conseils sur le positionnement, le bon geste à avoir lors des exercices tout au long des séances. «Et en plus la salle est également accessible pour les salariés après leur heure de travail», insiste-t-il. Ce projet s’inscrit dans le long terme. «On veut se laisser la latitude d’améliorer certaines choses d’après les retours que l’on aura», précise l’ancien entraîneur de l’Elan Béarnais tout en concluant «je suis heureux qu’une telle entreprise me fasse confiance».

Major de sa promotion

Mais, le basket est toujours présent dans la vie de celui qui a découvert la balle orange du côté des Lilas de Sérignac. Une carrière qui l’amena à porter les couleurs de Valence Condom et d’Agen. Il a également été international militaire. Dans le management aussi, sa carrière est exemplaire. Il a une solide expérience dans l’éducation où il a été prof durant une dizaine d’années à Agen. Sorti major de sa promotion du BE 2e degré, sa carrière d’entraîneur prend son envol après une expérience à Langon (2003-2004). Il rejoint l’Elan Béarnais pour une des plus belles pages de sa carrière. Jamais rassasié, Laurent poursuit avec une formation au coaching sportif et au management d’entreprise. Ce qui ne manque pas de donner de l’ampleur à ce basketteur exceptionnel et lui permet d’intervenir aujourd’hui auprès des salariés de la cave du Buzet. Pour l’heure, la balle orange est toujours présente. Il s’occupe des jeunes licenciés au club de Tonneins. «J’ai été chargé par les dirigeants de mettre une nouvelle philosophie de jeu pour les jeunes», lâche-t-il. Et Laurent suit, aussi, la carrière de ses deux enfants qui sont aujourd’hui à Chalon. «On monte une fois par moi les voir», conclut-il. Bref, un Laurent Mopsus toujours aussi vif qu’à la plus belle époque de sa carrière de joueur…

Les Vignerons de Buzet se mettent au sport !

Le Sérignacais Laurent Mopsus coachera les salariés de la cave coopérative/Photo repro

Un coach et une salle de sport débarquent chez les Vignerons de Buzet. Les salariés pourront désormais se mettre au sport pendant la pause déjeuner. C’est une initiative originale lancée par la direction des Vignerons de Buzet. Les salariés de la cave coopérative viticole peuvent désormais faire du sport dans leur entreprise durant leur temps libre et notamment entre midi et 2.

Laurent Mopsus, un coach de renom

«Du fait de notre situation géographique, les salariés ont tendance à rester sur place pour leur pause déjeuner, raconte Thomas Peres-Labourdette, du service communication des Vignerons de Buzet, certains employés ont fait des groupes pour courir entre midi et 2 et ça a donné des idées à la direction. Elle a donc monté une salle de sport avec un très bel équipement».Une stratégie d’entreprise pour la direction de la cave coopérative viticole qui vise à renforcer les liens entre les salariés ainsi que la cohésion du groupe. Les Vignerons de Buzet sont la première entreprise du Lot-et-Garonne à proposer à ses 99 salariés une salle de sport et un accompagnement personnalisé en fonction des objectifs de chacun, au sein de l’entreprise. Un tiers des salariés des Vignerons de Buzet est déjà inscrit pour les quatre séances hebdomadaires d’1 heure guidées par un coach sportif sérignacais, Laurent Mopsus. Il sera chargé de créer des programmes personnalisés selon les besoins et les demandes de chacun. Laurent Mopsus a connu le sport de haut niveau puisqu’il a entraîné le club de basket de Pau-Orthez pendant cinq ans. Il met aujourd’hui ses compétences au service des Vignerons de Buzet et les a accompagnés dans l’avancement du projet. Outre ses séances de coaching, la salle de sport sera ouverte en libre accès aux salariés de l’entreprise.

Les intronisés de la confrérie des vins de Buzet
Les intronisés et de dos Pierre Philippe

Les membres de la confrérie ont défilé et tour à tour décliné une qualité ou une exigence de leur métier de Vignerons. Jean- Pierre Cailleau également viticulteur a présenté les impétrants avant les diverses interventions de notre génial Jean- Pierre Dupin qui a développé paroles et chansons sur chaque futur intronisé. Les pastiches de Gainsbourg ou de Maya l’abeille, entre autres, ont été ovationnés. Ont été intronisés dans l’ordre de la confrérie : Gérard Lacan, directeur Intermarché , le Passage d’ Agen – André Abadie PDG de Méricq mareyage – Le colonel Philippe Rigaud, directeur départemental du SDIS – Éric Groshens, directeur général de l’imprimerie Aset/Bidoit – Hervé Hannin, directeur de l’ institut des hautes études de la vigne et du vin – Bertrand Auzeral, président du label européen BEE Friendly apiculteur – Michel Prugue, vice – président Coop de France et président de Maïsadour – Daniel Guyot, Directeur départemental des finances publiques. Avant la photo finale, Pierre Philippe, directeur général de la cave coopérative a lancé un appel urgent pour le maintien en Lot et Garonne de la SEPANLOG chère à Alain Dal Molin qui connaît quelques difficultés financières. Il a rappelé le partenariat qui les unit au travers la réintroduction sur le domaine de Gueyze des chouettes Athéna et des nichoirs pour chauve- souris, mésanges et éperviers crécerelle sans oublier la transplantation sur ce même lieu de la tulipe endémique «Agensis». Il a remercié l’assistance pour sa fidélité et fait applaudir les acteurs du spectacle.

RENTRÉE FESTIVE ET 600 INVITÉS CE SOIR AUX VIGNERONS DE BUZET

 Pierre Philippe./ Photo DR

Pierre Philippe

Les Vignerons de Buzet organisent, ce soir, à la cave coopérative, leur fameux ban des vendanges. Pas moins de 600 invités s’y presseront, pour un rendez-vous qui sonne chaque année l’heure de la rentrée pour les décideurs économiques locaux. Pierre Philippe, directeur général, répond à nos questions.

Quel sens donner au rendez-vous de ce soir ? Événement festif ou économique ?

Les deux. Disons qu’à l’origine le ban était célébré par tous les vignerons, ça n’appartient pas à Buzet ; il s’agissait de fêter la récolte qui est un temps fort dans le monde de la vigne et du vin. Depuis quelques années nous avons donné à cette tradition un côté plus festif, notamment avec la théâtralisation des intronisations, puisqu’ils seront cette année huit à faire leur entrée dans la fameuse Confrérie des vins de Buzet. Cette formule avec spectacle plaît beaucoup. Mais les bans sont aussi un rendez-vous économique, puisque nous venons de clore notre exercice 2014-2015 le 31 août. L’occasion pour le président du directoire Serge Lherisson et le président du conseil de surveillance Vincent Leyre de faire le point sur la cave. Beaucoup de décideurs seront là ce soir pour cette rentrée de l’économie territoriale, ce en présence de Matthias Fekl, secrétaire d’Etat chargé notamment du Commerce extérieur.

L’exercice 2014-2015 s’achève. Quel en est le premier bilan et quelles sont vos perspectives ?

Le chiffre d’affaires progresse de 5 %, et nous dépassons les 30 millions d’euros. L’entreprise est saine et nous touchons les fruits des efforts consentis, par exemple dans les domaines de l’organisation ou de notre positionnement sur le développement durable. Le travail réalisé sur le rosé est également très porteur en termes d’image, avec des panels consommateurs nous plaçant comme premier rosé du Sud-Ouest, hors Bordeaux ; ce en volume et en valeur. Cette notoriété sur le rosé est encourageante, et nous développons justement ce secteur avec deux nouveaux pressoirs pour augmenter notre capacité de production. Sur le rouge, nous continuons notre montée en gamme. Les objectifs, notamment à l’export, fixés au nouveau produit Oniric ont été réalisés. Deux nouveautés se profilent : un rosé haut de gamme vinifié avec du bois, et un blanc sans sulfite qui sortira en début d’année prochaine.

Le ban de ce soir célèbre les vendanges. Que dire de cette récolte 2015 ?

Elle a commencé en fin de semaine dernière pour les rosés. L’été a été sec et l’état sanitaire est parfait. Avec peu ou pas d’eau, il a fallu anticiper un peu. La qualité sera au rendez-vous, c’est certain. En termes de quantité on va dépasser 2014, mais disons que nous sommes dans une année moyenne. Nous devrions produire dans les 95 000 hectolitres. Mais je reste très prudent : il suffit d’une pluie pour que la donne change…

Le Buzet 2015 en pleine vendange !
Carine Magot fait le tour des parcelles une à une avant de donner son feu vert pour lancer les vendanges. / Photo Ch.C.
Carine Magot fait le tour des parcelles une à une avant de donner son feu vert pour lancer les vendanges. / Photo Ch.C.

Depuis quarante-huit heures, la cave des vignerons de Buzet a donné le grand coup d’envoi des vendanges 2015. Une cuvée qui s’annonce quantitativement moins importante et gustativement meilleure…

Il est 6 heures, à la fraîcheur matinale, d’énormes mastodontes entrent en action dans les parcelles du vignoble de Buzet. Le bal de ces engins parfois hors normes a débuté depuis quarante-huit heures lançant la cuvée 2015. Et ce avec une dizaine de jours d’avance. «Ce sont les conséquences d’une météo plus que favorable qui ont permis une maturité précoce», explique Carine Magot, responsable de la partie «vignobles» à la cave de Buzet. Elle a pu lancer le processus des vendanges en étroite collaboration avec Stéphane Chauvet, l’œnologue de la cave. Pour la journée inaugurale, une vingtaine d’hectares a été vendangée. «Ce sont les rosés et les blancs qui nous servent à faire les cuvées «Nuages», des produits à 9°C», poursuit la responsable.

 

«Gustativement, un joli potentiel»

La cadence s’est intensifiée, hier matin. Les rotations se poursuivront ce matin. Et ce pour une durée de six semaines. «La précocité du démarrage ne va pas influer sur la durée», précise-t-elle «la maturité des vignobles est étalée dans le temps».

Les cuvées de prestige vendangées à partir du 15 septembre

La semaine prochaine sera consacrée exclusivement au rosé et au blanc. Les récoltes destinées aux cuvées de prestige n’interviendront, par exemple, qu’à partir du 15 septembre. Les cépages sont traités par ordre. «D’abord, les Merlot, puis les Cabernet-Franc et les Cabernet-Sauvignon», insiste la technicienne. Les 1850 hectares de la cave de Buzet seront vendangés mécaniquement. Carine Magot raconte «qu’il y a quelques vendanges à la main pour respecter la tradition familiale» mais que «cela, sur l’ensemble, est très anecdotique». Les conditions météorologiques ont été favorables. Et elle souhaite que cela se poursuive. «Septembre sera déterminant. Il faut du soleil en journée et de la fraîcheur la nuit. En tout cas, gustativement, il y a un joli potentiel même si, quantitativement, cela sera moindre que l’an passé». En tout cas, la cave a pris son rythme de croisière. Les saisonniers ont pris leur poste. Le trafic est plus dense à proximité du quai de déchargement. La valse des bennes, dès 6 heures du matin a bel et bien débuté ! Et ce jusqu’à 22 heures le soir. Pour un refrain viticole que l’on ne se lasse pas d’entendre.

100 000 hectolitres

En 2014, les vendanges ont produit 100.000 hectolitres sur les 1850 hectares du vignoble. Pour cette cuvée 2015, les prévisions sont moindres. «On devrait tourner entre 90 et 95.000 hectolitres», souligne Carine Magot. Cependant, gustativement, la cuvée devrait être meilleure. Au point d’être une cuvée du siècle ? La responsable esquisse un sourire : «Peut-être» .

DEUXIÈME TRANSPLANTATION POUR LES TULIPES D’AGEN

Les bulbes de tulipe d'Agen implantés dans les rangs de vigne du Domaine de Gueyze./Photo Morad Cherchari

Espèce protégée, la tulipe d’Agen fait l’objet d’un partenariat entre la Sepanlog et les Vignerons de Buzet. Une deuxième tentative de transplantation vient d’avoir lieu.

Les bulbes de tulipes d’Agen sont fragiles. «Et de toute manière on ne peut pas les déplacer comme cela, il faut des autorisations.» La tulipe d’Agen est une fleur endémique de l’Aquitaine et plus précisément encore de l’Agenais. On trouve quelques lieux sur lesquels elle prospère dans le Néracais et du côté de Villebramar. «Seulement, dans certains endroits, les tulipes ne se développent plus ou sont en danger à cause du développement ou de travaux à venir.» Seule solution pour les protéger, «la transplantation» explique Marianne Riboulet, la chargée de communication des «Vignerons de Buzet».

La cave coopérative travaille de manière profonde et sincère dans le domaine du développement durable. «Sur le domaine de Gueyze par exemple nous avons, avec la Sepanlog (1), réussi à réimplanter la chouette chevêche Athéna. Il était donc logique pour nous, quand la Sepanlog nous a parlé des tulipes d’Agen, de répondre favorablement.»

Surtout que le Domaine de Gueyze correspond bien au milieu naturel susceptible de permettre un développement des bulbes de tulipe d’Agen. Les premiers bulbes ont été transplantés l’an dernier. «Ils ne sont pas encore fleuris. La Sepanlog nous a expliquée que les bulbes de cette première expérimentation étaient dans un état peu vigoureux et qu’il faudrait sans doute deux années avant que les fleurs n’éclosent.» Les bulbes récupérés cette année du côté d’Aubiac, sur un site qui va connaître des travaux puisqu’un permis de construire a été délivré, sont en meilleur état.

«On espère voir fleurir les tulipes d’Agen sur le Domaine de Gueyze dès 2016».

Rappelons au passage que les tulipes d’Agen sont protégées et donc qu’il est interdit de ramasser ces fleurs dans la nature.

La tulipe d’Agen aurait été introduite il y a plus de 2000 ans par les Romains (tout comme sa proche cousine la tulipe précoce) qui eux-mêmes l’auraient importée de l’Empire d’Orient. Cette plante bulbeuse haute

de 25 à 40 cm, à tige simple et à fleur unique en forme de campanule, est souvent nommée Œil de soleil» du fait de l’étoile jaune caractéristique dessinée au cœur de sa fleur. D’un superbe rouge écarlate, la tulipe d’Agen apparaissait autrefois en mars-avril dans les champs et cultures et plus particulièrement dans les vergers et les vignes.

Aujourd’hui, elle se cantonne souvent sur des stations en bords de route et en lisière des cultures.

Les vendanges sont proches

Il y a une autre actualité chez les vignerons de Buzet ! Elle concerne forcément les vendanges, la vigne, le raisin. Au sortir d’un été plus que parfait pour permettre la bonne maturité des grains, avec du chaud soleil et de la bonne pluie au bon moment, l’année 2015 sera bonne pour les vins en général et pour le buzet en particulier. Les vendanges avec quelques jours d’avance vont débuter le 27 août pour le blanc et le rosé «Nuage». Elles débuteront le 31 août et le 1er septembre pour le rosé AOC. Pour le rouge ce sera un peu plus tard.

(1) Société pour l’étude et la protection de la nature en Lot-et-Garonne


Élodie Cambos, l’arôme féminin du vin de Buzet
La jeune vigneronne attend la véraison qui lui permettra d'établir la date des vendanges. De son vignoble elle tire surtout du rosé et du structuré pour le Baron d'Ardeuil./ Photo DDM - Ch.C.

Femme et viticultrice. Les deux ne sont pas inconciliables. Bien au contraire. Simple, question de caractère. «Il faut en avoir un peu», glisse Élodie Cambos avec un charmant sourire. «Et puis la viticulture n’est pas si macho que ça. Ce n’est pas un milieu rustre comme peuvent l’être certains secteurs».

La vigne inscrite dans les gènes

À 36 ans, cette Lot-et-Garonnaise née à Agen fait parler sa féminité dans le vignoble familial, au lieu-dit les «Gavach» à Buzet-sur-Baïse. Depuis une dizaine d’années, elle gère ces 13 hectares de vigne. Sept qu’elle exploite elle-même et six autres «en fermage». «Je n’ai pas hésité à me lancer», souligne celle qui a pris la suite de sa maman, Marianne. Ainsi, elle perpétue la tradition familiale. «J’ai eu envie d’y mettre un pied», note Élodie. Comme un passage de «vigne» de génération en génération. Et cela depuis son arrière-grand-père René Bouglon, un des fondateurs de la coopérative des vignerons de Buzet.

Et elle le reconnaît volontiers «C’est passionnel. J’ai toujours vécu avec Buzet. C’est dans les tripes ça». Avec un BTS vente spécialité vin, en poche, elle se lance. Elle se forme jour après jour à ce métier parfois redoutable et ce avec toutes les conditions météorologiques. «On travaille dehors peu importe les conditions. Quand le travail est là, il faut être présent. Même si c’est dur, on s’accroche», explique-t-elle. Elle produit du rosé ou de rouge. Dans les trois cépages (N.D.L.R. : merlot, cabernet et cabernet-sauvignon).

«L’esprit coopérative tu l’as ou tu l’as pas !»

«Ma plus grosse production reste le rosé. J’ai aussi du structuré qui va sur le Baron d’Ardeuil», glisse-t-elle. Avoir sa propre production «n’est pas une fin en soi». «Je n’ai aucune frustration actuelle par rapport à ça. L’essentiel est de faire un bon produit. De tout mettre en œuvre pour que sa récolte soit la meilleure possible», lâche-t-elle. Pour l’heure, Élodie Cambos travaille avec la cave de Buzet. «L’esprit coopérative, tu l’as ou tu l’as pas !», rigole-t-elle. Là aussi, c’est une tradition familiale. Elle marche sur les pas de son aïeul. Depuis 2011, elle est membre du conseil de surveillance. Elle participe à de nombreuses opérations de promotion comme les fêtes des vendanges de Montmartre ou, tous les deux ans, à Bordeaux fête le vin. Sans oublier le Salon de l’agriculture. Demain, elle sera présente sur le site de la cave à l’occasion de la grande première de Fest’à Buzet. «C’est très important d’avoir ce rendez-vous pour les Vignerons. Cela fait plusieurs mois que les responsables de la cave planchent sur ce projet qui deviendra réalité demain. Et le fait qu’il se déroule sur le site est encore plus primordial. J’espère que les Buzéquais viendront en nombre», explique-t-elle.

Ensuite, elle ne sera pas très loin de son vignoble en attendant la véraison. Dès lors, des contrôles de maturation pourront être effectués et ces derniers détermineront les dates des vendanges. «Avec les fortes chaleurs, on était sur quinze jours d’avance mais le manque de pluie permet de revenir à une situation normale. Cela devrait se faire peut-être début septembre», conclut-elle. En attendant, elle continue d’apprendre «au quotidien». Élodie avance toujours avec détermination bien décidée encore à tenir son rôle de viticultrice durant de nombreuses années, toujours avec l’aide de son père Paul-Jean qui l’épaule dans son travail quotidien. Et de profiter aussi de la vie «un peu à contretemps des autres» à cause des vignes. La preuve bien réelle qu’une femme peut être «bon vivant» et viticultrice. En tout cas, pour Élodie, cela ne fait pas l’ombre d’un doute…

Un bon maintien pour l’AOC Buzet

 

Des professionnels attentifs aux nouvelles dispositions./ Photo DDM Henri Nouilhan

Des professionnels attentifs aux nouvelles dispositions./ Photo DDM Henri Nouilhan

C’est au château La Hitte, à Lavardac, que le Syndicat de défense des vins AOC Buzet tenait son assemblée générale. Les vignerons étaient accueillis dans cette chartreuse du XVIIIe par Pascale et Lionel Déprez dans une aile agréablement réaménagée pour les réceptions et mariages. Le président du syndicat, Benoît Cugnières, faisant le bilan de l’exercice passé donnait celui de la situation de l’AOC Buzet et des activités du Syndicat pour les 211 opérateurs répartis comme suit : 181 producteurs adhérant à la coopérative, 16 vignerons indépendants vinificateurs et 14 négociants ou conditionneurs habilités (dont la coopérative). Concernant la gestion de l’AOC, en tant qu’organisme de défense et de gestion reconnu (ODG), deux documents font référence : le cahier des charges et le plan d’inspection, homologués par le directeur de l’Inao. Les contrôles sont effectués par l’organisme d’inspection (AGROCERT). L’ODG, pour 2014, a recensé et transmis une trentaine de modifications : 10 fins d’activité, 7 changements de nom, 6 modifications de superficie et 5 nouveaux. Durant l’exercice, l’ODG a été audité deux fois par Agrocert ; aucun manquement n’a été constaté. 181 opérateurs contrôlés en interne, soit 100 % des coopérateurs, trois producteurs indépendants, 3 négociants et 36 dossiers de coopérateurs, dont 6 visites sur le terrain, ont donné lieu à des contrôles externes par Agrocert.

Des contrôles garantissant la qualité

«L’ensemble de ces contrôles a engendré : huit manquements mineurs, surtout des délais avant retiraison non respectés, CVI non à jour et une non-conformité produit ; huit manquements majeurs essentiellement des fiches de pieds manquants non à jour ou absentes et une hauteur de feuillage non conforme, des points sur lesquels la vigilance est à maintenir», rappelait le président. Il n’a pas été demandé de nouveaux droits de plantation ni transferts pour 2015. La situation de l’AOC Buzet se porte plutôt bien avec une production de 95113 hl sur 1887 ha (78731 hl en 2013). Le château La Hitte pratique la vente à la propriété. Site : www.chateaulahitte.fr.

Buzet, le succès jusqu’à plus soif


De nombreux vignerons étaient présents à cette assemblée générale, hier soir./ Photo Morad Cherchari
Les Vignerons de Buzet ont présenté leuss comptes, hier soir. Avec un chiffre d’affaire en constante progression, la cave s’impose comme un acteur économique exemplaire dans le Lot-et-Garonne
Les Vignerons de Buzet tenaient hier leur assemblée générale, au multiplexe Cap Cinéma d’Agen. Aucune ombre au tableau des résultats 2013-2014, puisque la cave a achevé son exercice avec tous les voyants au vert, une situation atypique par les temps du courent….
Que l’on en juge plutôt : sur le dernier exercice, la cave a réalisé un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros, en progression de 4,6 % par rapport à l’année précédente. La marge globale est elle en hausse de 3,2 %. Les affaires vont donc bien, et très bien. Sur les quatre dernières années, le chiffre d’affaires n’a pas cessé de croître, et les quatre premiers mois de l’exercice en cours (commencé le 1er septembre 2014) indiquent eux aussi une progression, d’environ 9 %.
Baisse des charges et du taux d’endettement
Autres indicateurs illustrant la bonne santé de la coopérative de Buzet : une baisse des charges globales, un allégement du volume de stock ou encore une forte réduction du taux d’endettement (- 19 %).Ces belles performances, comme l’expliquait hier Serge Lhérisson (président du directoire), sont «le fruit d’une politique d’exigences. Nos produits sont en constante évolution, en fonction des désirs des consommateurs. Nous avons cette année sorti «Oniric», un haut de gamme qui remporte un vif succès. Notre 9° est également un succès, en blanc comme en rosé. Idem pour le rouge Sans sulfite, qui sera bientôt décliné en rosé. Nous gardons une longueur d’avance, ce qui est vital si nous voulons exister. Sur le marché mondial du vin, nous ne sommes qu’une goutte, mais conservons notre différence.».Vincent Leyre (président du conseil de surveillance) a souligné combien la récolte 2014 était qualitative et quantitative, avec 94 000 hectolitres obtenus en AOC, soit un rétablissement au niveau de 2012.Rendant hommage au directeur général Pierre Philippe, présenté comme un acteur majeur dans le redressement de la cave coopérative, Vincent Leyre a rappelé combien le développement du rosé était un axe stratégique. En effet i pèse aujourd’hui 32 % chez Buzet, et le marché reste en pleine croissance.
L’union fait la force
Pour répondre à la demande en rosé, et pour affiner la qualité, Buzet va cette année investir dans deux pressoirs. Par illeurs, le Bib (entendez Bag-in-box, ou fontaine à vin) est également en plein boum. Les Vignerons ont investi récemment dans une ligne de production (700 boîtes de 3 litres à l’heure), et ils comptent encore développer ce secteur cette année, par exemple via la palettisation des produits.
Fini le Buzet de papa… La Cave est dynamique, elle avance prudemment mais sûrement, et va encore tenter des «coups» marketing. Pour 2015, l’objectif est d’atteindre une production de 100 000 hectolitres, du jamais vu depuis dix ans.Mais pour toutes les personnes invitées hier soir, l’implication des adhérents constitue l’élément central de ce succès. La quasi-totalité des vignerons présents sur l’appellation adhèrent en effet à la coopérative. Car ici, entre les rangs de vignes, on sait que la terre ne ment pas mais aussi – et surtout – que l’union fait la force.

 

La cave en bref

l 1 870 hectares (soit 94 % de l’appellation AOC Buzet).

l 198 viticulteurs adhérents.

l 92 salariés à la cave.

l 12 millions de bouteilles commercialisées (en équivalent 75 cl) dont 65 % de vin rouge, 32 % rosé, 3 % blanc.

l une ligne de conditionnement Bag-in-box, et deux chaînes de conditionnement pour une cadence totale de 20 000 bouteilles à l’heure.

l un chai d’élevage de 2 000 barriques

l 82 % des ventes en France, 18 % à l’export dans 35 pays.

l 28 millions d’euros de chiffre d’affaires (+4 % par rapport à 2012-2013).

Le bon cru 2014 des intronisés de Buzet (47)

Le bon cru 2014 des intronisés de Buzet (47)
Les six intronisés de 2014 à la fête vendredi soir© PHOTO

A. G.

Chanter en duo avec Fabienne Thibeault, se glisser l’espace de quelques minutes dans la peau du préfet et surtout faire rire aux éclats une assemblée composée du gratin politique et économique du Lot-et-Garonne, l’humoriste Jean-Pierre Dupin qui animait le 33e ban des vendanges de la Cave des vignerons de Buzet n’a pas perdu sa soirée de vendredi.Elle avait commencé avec une certaine fierté : la cave accueillait Matthias Fekl pour sa première sortie en tant que Secrétaire d’Etat au commerce extérieur, au tourisme et chargé des Français de l’étranger. Intronisé en 2012, prenant à coeur son rôle d’ambassadeur des vins de Buzet, il tenait à marquer le coup en respectant son engagement pris il y a déjà un mois.

La soirée était placée sous le signe du rêve, avec, en trame de fond le dernier né de la cave, « Oniric », une cuvée que la cave veut haut de gamme et qui a la particularité d’être le seul monocépage de Buzet (cabernet sauvignon).Le ban a été également particulièrement savoureux, grâce aux mets de Fabrice Biasiolo, mais aussi et surtout grâce à l’animation de Jean-Pierre Dupin et au cru des nouveaux intronisés dans la Confrérie des vignerons de Buzet.Ce sont des partenaires historiques qui ont été mis en lumière cette année, comme Dominique Lagarde, directeur du site Smurfit Kappa Sud Ouest, qui emballe le buzet depuis 30 ans. Trente ans aussi que Groupama assure les Vignerons, l’occasion d’introniser Pierre Cordier, directeur général de l’assurance pour le secteur centre-atlantique.

Autre partenaire intronisé, plus récent celui-là, Philippe Dejust, créateur du réseau Cap Cinéma, qui offre une vitrine aux vins de Buzet au sein du complexe agenais . Robert Sémeillon, bien connu dans le monde du turf (le grand prix du Baron d’Ardeuil, fleuron de Buzet, c’est lui) fait également partie des intronisés, tout comme Denis Conus, préfet de Lot-et-Garonne, qui s’offre ambassadeur « sans modération » d’un produit à consommer « avec modération ».

Mais c’est Fabienne Thibeault, seule femme de cette promotion, qui a remporté la palme des applaudissements. Bien sûr, elle a chanté « Le monde est stone », mais elle a surtout séduit par sa disponibilité et sa générosité. Et elle s’offre désormais ambassadrice du buzet « a travers le monde entier ». A noter que la chanteuse est également Officier dans l’ordre national du mérite agricole et chevalier dans l’ordre de la région d’honneur.

 

 

 


Millésime imprévisible

Publié le 05/09/2014
Sébastien Labails fait le tour du vignoble pour constater la maturité du raisin./ Photo DDM, Michael Ducousso
Sébastien Labails fait le tour du vignoble pour constater la maturité du raisin./ Photo DDM, Michael Ducousso

Ce soir, les vignerons de Buzet reçoivent leurs invités pour le traditionnel ban des vendanges*. Une fête pour célébrer la récolte qui démarrera le 8 septembre.Pourtant, quelques jours avant de démarrer les vendangeuses, l’esprit des vignerons n’était pas à la fête : «Jusqu’à maintenant, on ne donnait pas cher de ce millésime», confie Sébastien Labails, responsable du vignoble. «On a eu peur de la pourriture, quand ça a commencé, avec la pluie, on craignait que cela progresse très vite». Désormais, sous le soleil de l’arrière-saison, Sébastien Labails fait la tournée des vignes sereinement. Il sélectionne les parcelles qui seront attribuées à telle ou telle cuvée. En surveillant les 1 870 ha qui vont être vendangés entre septembre et octobre, il sait déjà que la récolte sera bonne : «En quantité, elle devrait être normale, avec des merlots qui ont un peu plus profité du temps humide que les cabernets». En qualité, par contre, ce sera la surprise : «C’est le temps ces prochains jours qui va conditionner la qualité du millésime».

Un tiers de la récolte pour les rosés

Mais la cave n’attend pas de voir la couleur du vin pour savoir ce qu’elle va embouteiller. Compte tenu de l’évolution du marché, un tiers de la récolte sera destiné à la production de vin rosé, un secteur qui se porte bien et que les vignerons de Buzet ne veulent pas voir comme un «sous-produit». Le reste de la production ira alimenter en majeure partie les vins haut de gamme de la coopérative, dont l’Onirique, lancé au printemps et mis en avant ce soir, pour le Ban des vendanges. «C’est un vin du nouveau monde, plus moderne». Sébastien Labails pourrait partir dans des envolées lyriques en parlant de cette bouteille, et pour cause, elle leur tient à cœur, aux vignerons de Buzet : «C’est parce qu’on a voulu y mettre tout notre savoir-faire depuis l’aspect technique jusqu’au conditionnement, en passant par la vinification».

Vendange expérimentale

Le savoir-faire de la cave — notamment en ce qui concerne les avancées sur une production durable — vient notamment des expérimentations que mènent les vignerons. Terrain de jeux favori de ces tests grandeur nature, le Domaine de Gueyze servira une fois de plus de laboratoire aux agriculteurs pendant les vendanges. «Cette année, nous allons faire des essais de vendange sélective sur une quinzaine d’hectares, avec un prototype de chez New Holland». En mars dernier, l’entreprise s’était déjà associée à la cave en développant un système de distribution automatique d’engrais qui répartit les granules en fonction de la richesse du sol sur lequel circule le tracteur. Cette fois, le système consiste à répartir les grappes dans des bacs différents en fonction de leur qualité au moment de la cueillette. «Ces raisins iront dans notre chai expérimental pour une vinification séparée qui nous permettra de voir quels sont les effets de ce travail-là. Des effets qui pourront peut-être être dégustés l’an prochain, pour la cuvée 2015 du ban des vendanges.

*Cette année, 6 nouvelles personnalités seront intronisées dans la confrérie des vignerons de Buzet. Un nom a déjà fuité, celui de Fabienne Thibeault. La chanteuse franco-canadienne est bien connue des fans de Starmania, maintenant ils connaîtront aussi son goût pour les vins de Buzet.

Michael Ducousso


 

 

 

Bientôt la 15e Rando des vignerons

Une rando à travers les vignes./ DDM archives H.N.
Une rando à travers les vignes./ DDM archives H.N.

 Dans le cadre de Festi’Val d’Albret, la 15e Rando des vignerons du dimanche 7 septembre, aura comme point de départ le stade de Buzet. Les inscriptions se feront à partir de 8 heures. Cette randonnée des vignerons est constituée de plusieurs épreuves dont voici le détail : la rando initiation est réservée aux enfants accompagnés, pour un départ à 10 heures. La rando découverte, de 20 km, pour les débutants aura son départ à 9 h 30. La rando de 40 km est réservée aux concurrents confirmés avec un départ à 9 heures La rando de 55 km aura son départ à 8 h 45. La catégorie Cyclo comprend un circuit de 50 km pour les pratiquants confirmés avec un départ à 9 heures et un circuit de 80 km, réservé aux experts avec un départ à 9 heures. La catégorie randonnée pédestre voit aussi deux parcours : un parcours de 12 km avec un départ à 9 heures et un parcours de 18 km à la même heure. La dernière catégorie est la course pédestre sur un circuit de 12 km et 18 km sur chemin, avec un départ à 9 heures Le VTT club de l’Albret organise ces randonnées sur des circuits différents, d’une année sur l’autre, afin de garder le côté intéressant de la découverte de nouveaux paysages.

L’intendance suivraPour tous les parcours, plusieurs points de ravitaillements de qualité sont prévus. Concernant le VTT, il est recommandé que chacun amène son casque. La restauration de midi étant limitée en nombre (à 100) à retenir à l’inscription. Les organisateurs adressent leurs remerciements à tous les propriétaires des terrains traversés, à la cave coopérative de Buzet, à la CCVA et à la mairie de Buzet. Renseignements : 06 85 69 93 83, e-mail : fafa.vtt.nerac@orange.fr. Site : www.vtt-club-de-lalbret.blog4ever.com.

La Dépêche du Midi


 Chasse au trésor 2.0 dans les vignobles de Buzet

Publié le 28/08/2014 

 

 

 

Un groupe d'explorateurs se prépare pour le géocaching . /Photo Les Vignerons de Buzet
Un groupe d’explorateurs se prépare pour le géocaching . /Photo Les Vignerons de Buzet

 Munis d’un GPS, lancez-vous dans l’aventure «géocaching», une chasse au trésor 2.0 au cœur des vignobles de Buzet.

Voilà plusieurs années que les vignerons de Buzet proposent des balades au cœur de leurs vignes. Cette année, ils ont voulu y ajouter une dimension ludique.

En effet, aujourd’hui, à 18 heures, la dernière chasse au trésor 2.0 démarre. Équipés de GPS, mis à disposition par la cave, les participants expérimentent le «géocaching». En se déplaçant de point en point, ces derniers doivent trouver un panneau sur lequel une action en faveur de la protection de leur environnement et au service de la biodiversité — mise en place par les vignerons — est expliquée (nichoirs, haies, espèces protégées…). Guidés par un viticulteur du vignoble de Buzet et du géographe, Georges Lot, reconnu en Lot-et-Garonne, les explorateurs découvriront le vignoble autrement.

à destination des petits comme des grands, la chasse au trésor de Buzet «n’est pas une simple activité ludique. Nous voulons que les participants apprennent des choses. Là, en l’occurrence, nous tentons de les sensibiliser aux problèmes de la protection de l’environnement et de la biodiversité», explique Agnès Marchand, assistante communication des vignerons de Buzet.

Ensuite, une question cachée à proximité du panneau devra être découverte par les explorateurs afin de remplir une feuille de route qui les mènera au point suivant.

Agir pour la biodiversité

Diverses et variées, les actions mises en place par les vignerons n’ont qu’un seul objectif : protéger la biodiversité. Entre autres, des nichoirs à chouettes Chevêche d’Athéna, à chauve-souris, à faucons ou encore à passereaux ont été mis en place. Une tonte alternée (qui revient à ne tondre l’inter-rang de vigne qu’un seul rang sur deux) permet à la faune de continuer à se développer. Agnès Marchand rappelle aussi qu’une «transplantation de tulipes agenaises a également eu lieu afin de sauvegarder cette espèce en voie d’extinction. Sans oublier le partenariat que nous avons mis en place avec l’Observatoire agricole de biodiversité (AOB).»

6 € pers, gratuit pour les -18 ans.

Les Vignerons de Buzet, avenue des Côtes de Buzet 47 160 Buzet-sur-Baïse. Renseignements au 05 53 841 7 16 ou tourisme@vignerons-buzet.fr

 

 

 


Le «Géocaching»

En utilisant la technique de géopositionnement par satellite (GPS), il s’agit de dissimuler ou de rechercher un contenant que l’on appelle «cache» ou «géocache» à divers endroits du monde. C’est un loisir qui compte à l’heure actuelle plus de deux millions de géocaches, répertoriées dans 222 pays, sur les différents site internet communautaires dédiés à cette activité.

Informations pratiques :

Départ à 18 heures de la boutique de la cave de Buzet.

Durée : 2h30 (nombre limité à 20 personnes sur réservation)

Un trésor naturel bien gardé

Un trésor naturel bien gardé
Cette année encore la cave des vignerons de Buzet renouvelle la découverte des vignobles de Lhiot et de Gueyze les mercredi et jeudi du mois d’août. Le rendez- vous est pris à la boutique de la cave et le départ fixé à 18 heures pour une visite de 2h30 environs( y compris l’apéritif dans les vignes). Cette année , le guide Georges Lot, géographe et Stéphane Camaroque, viticulteur innovent en lançant ce jeudi le «géocaching» sur le domaine de Gueyze. Les promeneurs se déplacent avec des GPS, mis à disposition par la cave à la recherche de trésors cachés sur le thème de la biodiversité. Georges Lot décrit le modelage des paysages et leurs origines, de leur diversité . Son compère Stéphane présente le travail de la vigne : du choix des cépages selon les lieux aux maladies à éradiquer sans pesticides en expliquant le rôle de l’enherbement . Les actions pour la biodiversité sont signalées par des balises qui apportent une partie des réponses aux participants au jeu. La diversité de la faune et de la flore existant sur les lieux, les partenariats avec la Sepanlog pour le maintien et la réintroduction de la chouette chevêche, des passereaux , de la chauve- souris ou du faucon crécerelle sont explioqués aux participants, venus cette fois de Bruxelles, de Lille de l’ Oise et d’Oloron-Sainte-Marie.

La Dépêche du Midi


La cave des vignerons de Buzet toujours en pointe

 Publié le 07/08/2014 

La salle attentive aux propos de Konrad Schreiber;/ Photo DDM G.H.

LLa salle attentive aux propos de Konrad Schreiber;/ Photo DDM G.H.

 

 

 

Jeudi dernier, la cave de Buzet a invité une cinquantaine de vignerons et techniciens sur le site des «Vignes de Michelet» pour un échange sur l’agroforesterie. Accueillis par Jérôme et Natalie Roussille, Konrad Schreiber, agronome à l’ A.D ( agriculture durable) et son complice Sylvain Baron ont présenté le programme «Agr’eau» qui vise à développer la couverture végétale des sols sur le bassin Adour- Garonne. La conditionnalité est un dispositif mis en place en 2005, dont l’objectif est de garantir une agriculture plus durable pour favoriser une meilleure acceptation de la politique agricole par les citoyens. La mise en place de réseaux d’agriculteurs, la capitalisation et la mutualisation des connaissance doivent permettre le maintien de la ressource en eau en qualité et en quantité, grâce au génie végétal et aux techniques de couverture des sols , les couverts végétaux et l’agroforesterie.Cette journée dédiée aux professionnels de la vigne traitait des couverts végétaux, des mulchs, du paillage et de la régénération de la fertilité. Le changement des façons culturales doit emmener une agriculture du 22° siècle responsable et innovante.Partant du principe qu’il faut une couverture végétale pour éviter des sols désertiques , les pratiques utilisées en certains domaines ont été détaillées et analysées. La matinée fut rythmée par des témoignages ( question- réponse). Le récapitulatif sur la fertilité organo- biologique et les bonnes pratiques fut animé par Konrad Schreiber. L’ après- midi des ateliers furent proposés en bord de parcelle sur le mulch, le paillage et la gestion des couverts. Le programme Agr’eau est soutenu par l’ agence Adour- Garonne, Arbres et paysages 32, l’ association régionale d’ agroforesterie en Aquitaine,le syndicat des côtes de Gascogne.

Balades dans les vignes de Buzet


Balades dans les vignes de Buzet

Surplombant le domaine de Gueyze, il sera visible pendant les balades sur le terroir des Vignerons de Buzet. «Il», c’est un nichoir 5 étoiles pour le faucon crécerelle, rapace présent dans nos contrées et un habitant indispensable des milieux cultivés. Fabriqué et aménagé à partir d’une barrique des Vignerons de Buzet, ce nid douillet est au cœur des vignes.

Au cœur des Vignes (tous les mercredis de juillet et août ; départ à 18 heures de la boutique de la cave de Buzet, durée : 2 h 30 ; nombre limité à 20 personnes sur réservation ; 6 € par personne, gratuit pour les -18 ans) est un circuit pédestre dans les vignes guidé par Georges Lot, géographe reconnu en Lot-et-Garonne, et accompagné d’un viticulteur du vignoble de Buzet. Découvrez lors de cette balade les actions des vignerons pour la protection de leur environnement au service de la biodiversité : nichoir pour le fameux faucon pour aussi nichoirs à chouettes Chevêche d’Athéna, à passereaux. À comprendre aussi les techniques d’enherbement des rangs de vignes… Et, convivialité du Sud Ouest oblige, la balade se termine par un apéritif dans les vignes, vos verres à la main accompagnant quelques mets «bio» de la région.

La chasse aux trésors (tous les jeudis d’août ; départ à 18 heures de la boutique de la cave de Buzet, durée : 2 h 30 6 € par personne, gratuit pour les -18 ans) est la grande nouveauté de l’été. Les Vignerons de Buzet vous proposent de découvrir le vignoble en vous initiant au «géocaching», un loisir qui consiste à se déplacer avec des GPS mis à disposition par la cave. Accessible à tous, il s’agit de se transformer en explorateurs et partir à la recherche de trésors cachés sur le thème de la biodiversité (nichoirs, haies, espèces protégées…).

La Dépêche du Midi

 

 

 

 

 

Les caves de Buzet versent dans l’horticulture


Pour l’instant,MarieDegeilhetSébastienLabails, n’ont puplanterquedesbulbillons que devront se régénérer pendant deux ans avant de donner de belles fleurs./PhotoDDM, M.D.

 Les vignerons de Buzet ne se reconvertissent pas dans l’horticulture. Si 200 bulbes de tulipes agenaises ont été plantés dans les vignobles du domaine de Gueyze, c’est avant tout pour sauvegarder ce patrimoine floral.

Un combat pour la biodiversité

Depuis 4 ans, l’association Sepanlog travaille main dans la main avec les Caves pour dresser un inventaire faunistique et floristique du domaine de Padère, à Ambrus. À côté du vignoble, l’association a retrouvé une station de «Tulipa Agenensis», «Une plante compagne des cultures et des hommes», précise Marie Degeilh, spécialiste de la flore et chargée de mission à la Sepanlog. «Cette tulipe a vraiment une répartition très limitée en France, sur une frange du Sud-Ouest. Historiquement, elle était très abondante dans les vignobles et les vergers.» Désormais sa rareté en fait une espèce protégée. Avec l’évolution des parcelles agricoles, les traitements chimiques qui ont pu être utilisés et l’arrachage, pourtant lourdement puni, la station de Padère se mourrait. Sur 1 000 bulbes recensés, seulement 4 ont donné une fleur cette année. L’association de protection de l’environnement et les vignerons ont donc choisi de replanter 200 de ces bulbes sur le domaine de Gueyze. Mais, espèce protégée oblige, le dossier a mis beaucoup de temps : «Il nous a fallu 19 mois pour transplanter ces bulbes alors qu’il faut 5 minutes à un agriculteur pour que, dans la plus parfaite légalité, il détruise la plus belle station du Lot-et-Garonne», commente Alain Dalmolin, secrétaire général de la Sepanlog.

Plus belle la vigne

Heureusement, depuis mercredi, les bulbes de tulipes sont quasiment sortis d’affaire et si tout se passe bien, la vigne devrait partager son champ avec de belles fleurs d’ici deux ans. Au-delà de la sauvegarde de la biodiversité, l’expérience s’inscrit dans une démarche de retour aux paysages lot-et-garonnais traditionnels. Et ce n’est pas parce qu’une fleur est juste belle, qu’elle est inutile ; «c’est aussi une indication de bonne qualité des sols», explique Sébastien Labails, responsable du vignoble à Buzet. Car, laisser la station de tulipe s’épanouir entre les vignes, implique de travailler la terre différemment : «Cela signifie que le viticulteur ne pourra plus du tout utiliser de désherbant et cela demande un travail du sol, des griffages notamment, régulier. C’est quelque chose qui va changer les pratiques, mais on sait que c’est nécessaire». Alain Dalmolin est même persuadé que ce genre d’initiatives pourrait avoir un impact sur le consommateur et sur toute la filière du vin : «La vigne nouvelle version, ce n’est plus simplement une machine à produire du vin, c’est aussi un lieu de vie. Lorsque les agriculteurs auront compris cela, ils auront fait 90 % du chemin», prophétise-t-il. Sébastien Labails rebondit : «Ils le savent, mais ils sont victimes d’un système productiviste», regrette-t-il. «C’est à nous de leur apporter les solutions. On est en perpétuelle recherche pour trouver des alternatives à la viticulture d’aujourd’hui.»Des recherches qui vont dans le bon sens, puisque le conservatoire botanique régional attend un retour sur l’expérience afin de la mettre en place dans les vignobles de Gironde. «On est pilote dans ce projet, alors qu’on n’a pas les mêmes moyens que le Bordelais», rigole Sébastien Labails.

 

 

 

 

 

Buzet prend de la hauteur avec Oniric


Oniric présente une robe quasi-noire avec des nuances violines. Son nez est intense et offre des notes de cassis, de vanille et de… toast grillé./ Photos archives et reproduction

 Les Vignerons de Buzet ont présenté, hier soir, dans un restaurant parisien, le vin qui est appelé à devenir leur nouveau fleuron : Oniric. Explications avant… dégustation. Le secret était bien gardé, rien n’a fuité durant des mois même si certains experts en économie du vin – toujours bien informés – pressentaient un nouveau «coup» des Vignerons de Buzet. Après la folie Bag in box, après le vin sans sulfite ou le fameux rosé nuage à 9° (qui connaît un succès fou et qui sera bientôt décliné en rouge), les vignes surveillées par drone, etc., quelle allait être la nouvelle innovation des Vignerons ? On chuchotait déjà que le haut de gamme serait la prochaine étape, un objectif porté par une stratégie de communication atypique.

100 % cabernet sauvignon

Bingo : hier soir, dans un restaurant branché du quartier du Marais (Paris) quelque 150 blogueurs et journalistes spécialisés dans le vin ont découvert en avant-première le nouveau-né (z) des Vignerons de Buzet : Oniric. Vin rouge 100 % cabernet sauvignon, cette invitation au rêve a été élaborée pour devenir le fleuron de la gamme Buzet, au-delà des fameux château-de-gueyze et autre baron-d’ardeuil. Un produit d’excellence témoignant de la tradition et du savoir-faire viticole lot-et-garonnais, qui vise le marché des restaurateurs et des cavistes (où la bouteille sera dans les 16 à 18 €).

«La question de départ, explique Pierre Philippe (directeur général des Vignerons de Buzet) est : peut-on faire un grand vin à Buzet ? Au regard de notre expérience, de notre histoire, de notre politique du respect des hommes et de l’environnement, la réponse est oui. D’où notre volonté d’arriver sur le segment de marché «ultrapremium» (N.D.L.R. : où l’on retrouve par exemple les grands crus bordelais) via un produit rare et complet.» En clair, Oniric ne se sera pas tiré en millions de bouteilles, ne présentera que les meilleurs millésimes et cristallisera sur son nom «le must» de Buzet dans les domaines de la vinification, de l’élevage, ce jusqu’au packaging. «Nous avons travaillé en tout petit groupe, ajoute Pierre Philippe, et pris le temps de choisir les bons terroirs, les bonnes méthodes. Nous avons fait de nombreux essais et nous nous sommes fixés sur le cabernet sauvignon qui est, certes, un cépage complexe mais qui offre de formidables possibilités de finesse et de délicatesse». Le porte-drapeau de Buzet sera donc cet Oniric année 2012 autour duquel a été conçu tout un plan de communication. Les étiquettes racontent par exemple une histoire, celle d’un vigneron rêvant de la plus prolifique des parcelles : il prend alors de la hauteur (une montgolfière) avant que le vent ne le pousse là où le rêve deviendra réalité. En creux, on lira que Buzet prend de la hauteur pour mieux valoriser la part de rêve qui est en nous… Cette histoire déclinée en français sur l’étiquette, est également accompagnée d’un emballage haut de gamme, dans un carton de bouteilles couchées à plat, enveloppées dans du papier de soie, etc. Bref, le grand jeu.

Pour toucher de nouveaux publics

«Nous sommes à la recherche de nouveaux publics, ajoute Pierre Philippe. Ainsi nous avons créé un événement à Paris (une première pour Buzet), une soirée de lancement dans un restaurant parisien, avec pour cœur de cible les nouveaux médias. Nous misons, ce 2 avril, sur les blogs spécialisés et les résonances qu’ils peuvent avoir sur les réseaux sociaux. Nous approchons ainsi le monde des «community managers», et pour ce faire nous nous sommes faits aider de Lolita, célèbre et pétillante blogueuse de «J’aime ton wine». Outre les blogueurs et autres «leaders d’opinion 2.0», des journalistes spécialisés étaient également hier soir des agapes parisiennes. Oniric millésime 2012, «grand vin de Buzet», sera distribué en France, bien que les ambitions visent clairement l’export, notamment les marchés juteux que sont les États-Unis, l’Asie (Chine en tête), le Brésil ou encore la Russie. Clos en septembre dernier, l’exercice des Vignerons de Buzet 2012-2013 laisse apparaître un chiffre d’affaires de 26,7 millions d’euros, soit une progression de 6 %. Un remarquable succès par ces temps de crise et qui appelle de nouvelles performances commerciales. Alors, avec Oniric, permission de rêver…

 

 

 

 

 

Sébastien Bouchereau/la dépêche.

De la mine à l’étamine chez les «Vignerons de Buzet»
Une innovation version développement durable signée des «Vignerons de Buzet»./Photo J.-M M.

 Le vin de Buzet c’est une chose. La manière de produire le vin en est une autre. Et quand il affiche clairement leurs initiatives en termes de développement durable, les Vignerons de Buzet donnent des exemples probants, des réalisations concrètes.L’écoconception prend ici tout son sens. «C’est une approche qui prend en compte les impacts environnementaux dans la conception et le développement du produit et intègre les aspects environnementaux tout au long de son cycle de vie (de la matière première à la fin de vie en passant par la fabrication, la logistique, la distribution ou l’usage.)» Et pour les Vignerons de Buzet, les normes internationales viennent démontrer cette implication : norme ISO 14 001 (norme de système de management environnemental) ; ISO 26 000 (norme relative à la responsabilité sociétale des organisations, c’est dire l’application des principes de développement durable aux organisations).
Marketing
Mais la démarche va même beaucoup plus loin, en particulier dans le domaine très spécifique du marketing. Les «Vignerons de Buzet» sont très innovants en la matière. La dernière campagne de promotion le démontre allègrement. «Au départ, un concept développé par des Universitaires du MIT, Massachusetts Institute of Technology, à Boston.» A priori, il s’agit d’un crayon à papier, «en bois de cèdre. Et comme avec tous les crayons à papier, on peut tailler le crayon et écrire, longtemps, très longtemps. L’innovation des «Vignerons de Buzet» permet d’inventer une deuxième vie au crayon à papier, «c’est simple, lorsqu’il devient trop petit, plantez-le !» Les graines, cultivées sans pesticides, qu’il contient vont germer et donner naissance, «au bout d’un mois environ» à un pied de basilic. 2 000 crayons sont en cours de diffusion.

La dépêche.


 

Buzet-sur-Baïse. Les vignerons de Buzet investissent

Publié le 11/12/2013

Le groupe visite le centre Bag in box./photo P.B.

Le groupe visite le centre Bag in box./photo P.B.

 

 

 

 

 

Dans le cadre d’une visite cantonale du sénateur-président du conseil général Pierre Camani, assisté de Raymond Girardi, vice-président, étaient reçus par Serge Lhérisson, président du directoire, Georges Leyre, président du Conseil de surveillance, et Pierre Philippe, directeur général. Pierre Philippe avant d’effectuer la visite de la nouvelle installation a présenté la situation générale de la cave coopérative qui retrouve la situation des grandes années. Il a par contre souligné la situation contrastée des viticulteurs dont certains ont du mal à joindre les deux bouts. Les calamités de cette année ont frappé un certain nombre d’en eux d’où un manque à gagner évident. La visite de la chaîne de Bag in box a confirmé la tendance des ventes vers ce genre de produit. Les ventes en augmentation de 15 % chaque année de ce type d’emballage sous vide a décidé la cave coopérative de se doter de ce nouvel outil de conditionnement. Ce matériel novateur offre une capacité de production de 700 bag in box par heure au format 3 litres.Le conditionnement peut être réalisé en 3,5 l ou 10 litres.La nouvelle unité de travail comprend une formeuse à cartons, une embibeuse, un pesage pondéral et une fermeuse de cartons. Un système de récupération d’énergie et d’eau a été également mis en place. L’engagement financier de 7 000 000 € a été réalisé grâce au soutien du conseil général de Lot-et-Garonne (73700 €), de la région Aquitaine (73700 €) et de l’Europe (plan Feeder 147 160 €). Il a été souligné l’engagement des vignerons de Buzet pour la biodiversité et sa concrétisation par le «prix Entreprise et environnement» décerné le 3 décembre 2013, à l’occasion du salon Pollutec Horizons. Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, a d’ailleurs chaudement félicité la cave pour ses initiatives.La Dépêche du Midi 

Les vins de Buzet distingués au Texas

Publié le 31/10/2013

Ils ont reçu la médaille d’argent du prix international d’excellence en viticulture durable.

Les vins de Buzet terminent juste derrière un vignoble australien.

Les vins de Buzet terminent juste derrière un vignoble australien. (Photo archives E. D.)

 Le Botanical Research Institut in Texas (Brit) vient de décerner aux vignerons de Buzet la médaille d’argent du Prix international d’excellence en viticulture durable. Ils terminent juste derrière un vignoble australien mondialement connu, à savoir Yalumba (médaille de platine) et la Winery Oliveira (médaille d’or).


Moduler ses apports d’engrais grâce au GPS

Publié le mercredi 19 mars 2014

Sur leur domaine de Gueyze, dans le Lot-et-Garonne, les Vignerons de Buzet ont réalisé une carte de la vigueur des vignes. Grâce à elle, ils fertilisent davantage les zones peu vigoureuses. Ils espèrent ainsi homogénéiser leur vignoble tout en faisant des économies.
Traitement par distributeur à vis sans fin déclenché par GPS à la cave de Buzet. © F. JACQUEMOUD
Traitement par distributeur à vis sans fin déclenché par GPS à la cave de Buzet. © F. JACQUEMOUD

En juin et août derniers, la société Telespazio, spécialisée dans les prises de vue par drone, a réalisé trois survols des 76 ha de vignes du domaine de Gueyze, propriété de la cave des Vignerons de Buzet. Les photos acquises à cette occasion ont permis d’établir une carte du vignoble indiquant la vigueur des vignes.La cave a ensuite croisé cette carte avec les résultats des analyses de sols, le rendement et le diamètre des rameaux lors de la taille. « Nous avons ainsi défini trois niveaux de vigueur auxquels nous avons décidé d’apporter plus ou moins d’engrais organiques azotés, précise Sébastien Labails, responsable du vignoble à la cave de Buzet. Sur les zones les plus vigoureuses, nous n’épandons rien du tout. Sur les zones moyennes, nous apportons 200 kg d’engrais par hectare et sur les zones manquant de vigueur, 400 kg par hectare. »

ÉPANDAGE RAISONNÉ

Enfin, Telespazio a cartographié ces zones au sein des parcelles. La carte numérique ainsi réalisée a été transmise à New Holland, qui a entré les données dans son kit épandeur d’engrais raisonné. Ce kit, composé d’un écran, d’une antenne GPS et d’un bloc de régulation de la distribution d’engrais, s’adapte à toute marque de tracteur et de distributeur d’engrais à vis. Il permet d’apporter automatiquement la dose programmée à chaque zone identifiée.Sur l’écran, le conducteur du tracteur visualise la carte de la parcelle qu’il fertilise, trois couleurs matérialisant les trois zones, et la quantité d’engrais en cours de distribution. Il peut ainsi vérifier que l’épandage s’effectue correctement. « C’est la première fois que nous mettons ce matériel à disposition d’un vignoble pour un test grandeur nature, indique Philippe Boisseau, chez New Holland. Le système semble parfaitement fonctionner. »

« Le fait d’apporter la bonne dose au bon endroit nous aura permis d’économiser 20 à 25 % d’engrais, soit 2 700 euros d’économies sur nos 76 ha, ajoute Sébastien Labails. Notre objectif est d’homogénéiser notre vignoble, ce que nous pensons pouvoir faire en cinq ans de traitements différenciés. »

Florence Jacquemoud

 

Web Design MymensinghPremium WordPress ThemesWeb Development

affiche Galion sans résas

Offres spéciales d’assurance GROUPAMA / PARI47

L’expertise et la proximité de GROUPAMA à votre service

LOGO GROUPAMA COULEUR

PARI 47 et Groupama Centre-Atlantique sont des partenaires historiques. Aujourd’hui, face aux exigences toujours plus importantes qui entourent les associations, PARI47 souhaite que chaque association puisse souscrire son propre contrat à des conditions préférentielles. Votre association doit pouvoir compter sur une protection complète et un  accompagnement efficace au quotidien.  Avec Groupama, quel que soit son domaine d’activité – culture, loisirs, sport, enseignement, santé ou secteur social – votre association bénéficie des garanties et des services qui correspondent à ses besoins. Pour cela, PARI 47 et Groupama Centre Atlantique ont conclu un partenariat avec : – des garanties spécifiques  – des tarifs négociés: face aux exigences toujours plusimportantes qui entourent les associations, PARI 47 et Groupama ont décidé de vous apporter une solution sur-mesure pour votre assurance. Exemple : pour une association avec un budget annuel inférieur à 5 000 €, la cotisation responsabilité civile est de 30 € par an.  – un interlocuteur dédié Cyril Dal Mas, votre chargé d’affaires Groupama, est à votre disposition pour vous présenter cette offre réservée aux associations adhérentes à Pari47, à jour de leur cotisation 2015.  Vous pouvez le contacter au : 06 85 94 68 95. pic14018  Groupama propose également un bouquet de services  pour gérer  efficacement votre association  http://www.mon-association.infotampon www